Playlist Techno - Musique - ActuCulture.fr
Liens relatifs et sources

Antoine, le 01/02/2012

La Playlist de la semaine : Techno

Salut à tous, on revient ici avec une nouvelle sélection pour les noctambules et les insomniaques en traitant un sujet vastement médiatisé malgré son étiquette contreculturelle presque ostentatoire, je parle ici bien évidemment de la musique d'influence techno en général en vous épargnant pour le moment la catégorisation en innombrable genres qu'elle regroupe. Comme à notre habitude nous allons tenter de sortir des carcans habituels et nous nous éloigneront de la vague berlinoise que l'on nous rabâche depuis déjà de nombreux mois, ce sujet n'est donc pas une rétrospective des piliers du genre comme Richie Hawtin, Paul Kalkbrenner ou encore Ellen Alien, mais une aventure vers de nouvelles vastes prairies acidifiées qui s'offrent à nous....

Velveljin -Vogelfluglinie

Avant que les esprits ne s'essoufflent autant commencer par le plus déroutant, Velveljin livre le mois dernier l'album Nostalgia, véritable comptine souterraine aux accents techno-ambient. Né de la collaboration de deux artistes japonais pour le moins anonymes malgré une première autoproduction, Velveljin use d'une très forte identité forgée dans la dynamique d'un nouveau genres de "clubbing" ou l'accent est mis sur les sonorités plus que sur le beat, mêlant une rare introspection à des percussions lancinantes. Cet album esquisse une atmosphère brumeuse en composant une ballade psychotique non sans rappeler des influences comme Pantha du Prince, le tout débouchant sur une oeuvre d'une rare personnalité. L'expérience devient alors adoucissante, tout en révélant une frénésie bien marquante propre à la musique techno. C'est beau, mais le seul bémol à noter serait la présence outrancière d'influences purement européennes, alors qu'à la découverte de l'historique du duo on aurait pu s'attendre à une expérience encore plus surprenante.

Chaim- Robots on Meth feat. Jaw

Les contradictions sont souvent gage de qualité alors autant en profiter, je m'étais promis d'essayer d'éviter la déferlante teutonique, mais Chaim me rappelle rapidement à l'ordre. On connaissait cet artiste signé chez Bpitch pour son LP stratosphérique modestement intitulé "Alive", ce producteur de génie revient avec son nouvel EP dont la (le ou la ? , vaste débat) track "robots on meth" est le fleuron. Le titre imprime une simplicité d'écoute rare, le beat s'ancre immédiatement à l'oreille ,soutenu par une basse saccadée donnant le côté deep house si cher à Chaim. Dès les premières mesures, le martèlement se sculpte au travers de cette guitare omniprésente qui s'entremêle à la voie volontairement naïve de Jaw, véritable fil conducteur débouchant à une explosion de nappes langoureuses et étonnement organiques. Ce morceau nous remémore les heures glorieuses de Mango, véritable graal du producteur Sasha Funke, tout en apportant cette fièvre désabusée de moins en moins présente dans la nouvelle techno qui tend à s'adresser de plus en plus aux fans hystériques en vacances au Watergate.

Axel Bartsch- Prophetic Dreams

Autant continuer sur cette lancée avec une nouvelle perle berlinoise, Axel Bartsch signe son nouvel EP sur LE label Sportclub: Prophetic Dreams. Comme nous l'avions abordé avec Velveljin, la musique techno est affaire de profondeur et Axel Bratsch nous livre ici un parfait exemple de deep-techno. Deep-techno? à vrai dire pas vraiment, le morceau se veut en effet extrêmement déroutant, le minimalisme ultra-bassé en introduction nous fait lentement gravir un crescendo savamment mené donna lieu finalement à une track purement deep house. Le morceau est une véritable montée, l'écoute devient assidue, on attend le prochain break, la prochaine reprise de percus avec la bave aux lèvres, le groove s'installe, les nappes se dissimulent et réapparaissent en un éclair, étirant ces sept minutes et 20 secondes de sécrétions de sueurs et autres fluides en une frénésie sans fin.

Dadub-Beyond the Veil

En écoutant le morceau Beyond the Veil, je me suis conforté dans l'idée que la musique techno n'était pas un "genre poubelle" ,qu'il ne suffisait pas d'assembler maladroitement une percussion outrageusement bassée à une nappe perpétuellement répétitive, qu'il ne suffisait pas que la ligne de basse met en transe le troupeau de chouettes perchées devant le dj. Il ne faut pas non plus s'embourber en considérant que la techno pseudo-electronica-intellectualisante était la seule valable pour l'esprit, mon ressenti à travers le travail de Dadub est que la musique techno est avant tout une musique tribale, corporelle et violente. Je ne chercherais pas à vous dire sur quel label est signé cet EP, ni de quelle contrée nous vient ce shaman technoïde, l'abandon pur et simple que l'on subit ne peut être identifié à travers les influences d'un label ou d'une ville. Techno? IDM? Dub? Glitch? Ambient? Techno-idm-dub-glitch-ambient? Ces questions paraissent lointaines.

Scram- Storm Ultraviolet

Scram...une vaste question derrière ce pseudonyme, en effet cet artiste reste dans l'ombre depuis ses premières productions en s'offrant de belles collaborations comme sur cet Ep avec Pulsinger le temps d'un remix. Storm Ultraviolet fait partie des tracks polygenres que j'affectionne particulièrement, Scram parvient à bercer la house de Detroit dans un cocon de sonorités nordiques, le morceau propose au premier abord peu de variations et pourrait paraitre même assez plat, mais certaines nappes d'une rare qualité viennent dégouliner sur cette armature brute, les étirements violoneux forgent alors toute la force et la clarté du morceau.

Tom Trago - Use me again

Virage à 180 degrés pour ce track, Tom Trago s'est construit une réputation dans les faubourgs d'Amsterdam depuis maintenant quelques années. Signé sur le mythique label hollandais Rush Hour, il représente le nouveau souffle house en Europe. Un retour aux sources d'outre Atlantique -et notamment à celle de l'Illinois- des années 90 presque déroutant. Faire de la garage house pour un public qui a été bercé dans les influences techno se voulait un pari risqué, mais la main de maître du jeune producteur a façonné une musique nourrie et riche de sens. Son dernier Ep "Use me again" sorti le mois dernier exprime en seulement 2 tracks tout le talent de notre prodige. Use me again est l'exemple type de la house soulfull afro-américaine, en reprenant le sample overdosé de groove de Millie Jackson (We got to hit it), Tom Trago livre une nouvelle vision de la house. Cette vision il la travaille et se l'approprie avec "Lost in the street of Nyc", track beaucoup plus intimiste et personnelle qui regorge de nostalgie et de souvenirs d'enfance, comme un hommage fait à cette atmosphère urbaine qui l'inspire tant.

Locked Groove - Change

Comme son nom l'indique, la musique de Locked groove est affaire de boucles et de spirales desquels se dégage une énergie hypnotique presque malsaine. L'Ep "Rooted" est la bande son d'un club insomniaque, d'une fête intimiste sans fin, d'une déambulation nocturne. Ici Locked groove joue avec les humeurs et les sentiments, modifient les ambiances sur chaque track tout en gardant un fil d'Ariane qui prend les traits d'une house amer et sèche , noyant l'auditeur durant cette apnée de 22 minutes.

Locked Groove - Drowning

Cette playlist se termine sur ces douces notes ravageuses, la prochaine sélection sera consacrée à l'electronica, genre une fois plus que prolifique ces derniers temps et qui regorgent de pépites. À bientôt.

comments powered by Disqus