Liens relatifs et sources

Alki, le 18/10/11

La presse spécialisée

Vouée à mourir à petit feu, comme le montrent les chiffres de ventes des journaux papiers de toutes sortes, bouffée toutes crue par le grand méchant internet, la presse papier a bien du mal à redresser la barre. Restent deux solutions pour les journalistes, quels qu'ils soient : renouveler l'intérêt du lecteur, ou se laisser manger par des conglomérats établis. Parmi ceux qui ont choisi la première option, figurent deux exemples d'OVNIs, que j'avais envie de vous présenter dans ce billet. Deux magasines de presse spécialisée, l'un dans le domaine du jeu vidéo, et l'autre dans le domaine sportif.

Encore une victoire de Canard...Pc

Né en 2003 d'une volonté d'indépendance de l'ancienne rédaction du magasine Joystick, passé cette année là dans le même conglomérat que PC Jeux, Yellow Media (anciennement Future France), ce magasine a repris la recette qui faisait le succès du Joystick des années 90 : des vannes, des news peu ou pas pertinentes, un niveau d'écriture élevé, et surtout, une réelle objectivité dans les tests. Toute l'écriture, quelque soit l'article, se fait sur une base d'humour essentielle. De plus, la rédaction a su s'entourer de gens compétents dans divers domaines, devenus rédacteurs à leur tour. Je pense notamment à Grand Maître B, avocat du Barreau de Paris de son état, qui dissèque régulièrement des dossiers judiciaires en rapport avec le monde du divertissement vidéo-ludique de façon professionnelle, mais explicite pour les néophytes.

La particularité de Canard PC (http://www.canardpc.com/index.html), puisque c'est le journal dont je parle, est d'appartenir à 75% aux membres de la rédaction. Leur indépendance est donc assurée de par le fait qu'ils sont leurs propres patrons. Le magasine en lui-même sort tous les quinze jours, est composé en moyenne d'une petite centaine de pages, et coûte 4 euros 30. Bref, des gens intelligents, qui ne se prennent pas au sérieux. Petit bonus : le magasine, depuis le numéro 242 du 15 octobre, possède un bonus gratuit de 16 pages sur l'actualité des consoles, rédigé par les très bons Pipomantis et Netsabes du site Barre de vie (http://www.barredevie.com), avec qui ils sont associés. Ils ont trois magasines d'essai, et plus si affinités. Ça serait dommage de rater ça.

Qu'est-ce qu'on SO FOOT ?

Parler de foot, sans foot. C'est, en gros, l'objectif de ce magasine mensuel traitant...de foot, oui, bien joué. Un angle d'attaque risqué, c'est convenu. Mais quel travail ! Tout l'intérêt de ce magasine réside donc dans le fait qu'ils ne parlent pratiquement pas des résultats sportifs, de telle ou telle déclaration, comme France Football ou L'équipe le font quotidiennement, mais parle uniquement de l'humain et de ses rapports avec son sport. L'humain et le football, me direz-vous, ça fait pas rêver, de par le peu d'esprit que peuvent avoir les joueurs, ou même les entraîneurs parfois.

Et bien, détrompez vous. Savoir comment Guardiola est devenu Guardiola, ce que pense Materazzi de la haine viscérale que peuvent lui porter plein de français, pourquoi Mourinho se met-il autant en avant pour protéger ses joueurs...On apprend plein de choses. Dans le numéro de septembre 2011, par exemple, il y avait une interview de Sinisa Mihajlovic, ce joueur Croate qui a fait le beaux jours de la Serie A dans les années 90, a pu vivre la guerre dans son pays natal, impuissant, depuis l'Italie.

Vous l'aurez compris, SO FOOT (http://www.sofoot.com) privilégie l'humain au sport. Et faut bien avouer, que pour attirer le lecteur, même si l'approche peut paraître surprenante, elle a le mérite de l'originalité. De plus, le niveau d'écriture est bien plus élevé que celui d'un journal sportif classique, ce qui ne gâche rien. Mensuel d'une centaine de pages de papier glacé pour 3 euros 50, intéressant, orignal et bien écrit, pas mal, non ?

comments powered by Disqus