Liens relatifs et sources

Alki, le 18/11/11

Kyan Khojandi

Bref. Ah non attendez, tout le monde l'utilise depuis l'apparition de cette série, donc, essayons autre chose. C'est l'histoire d'un mec que personne ne connaissait il y a encore 3 mois, et qui est devenu un phénomène de société en l'espace d'un petit mois. Pour les deux du fond qui étaient dans le coma depuis Août, „Bref.“ est une mini-série d'épisodes de 2 à 5 minutes, racontant la vie d'un personnage incarné par Kyan Khojandi, et qui a été lancée en septembre par Canal + sur le créneau du Grand Journal de Denisot.

Un canal supérieur ?

Avant de parler de ce garçon, il convient de faire un petit point sur Canal +, la chaîne française la plus irrévérencieuse qui soit. Faut dire qu'au fil des années, C+ en a lancé du monde, et du beau. Pour une chaîne qui a trente ans, lancer De Caunes, José Garcia, Les Nuls avec Alain Chabat, Chantal Lauby, Dominique Farrugia (et Bruno, décédé bien trop jeune d'une maladie extrêmement rare), les Guignols de l'info, Jules-édouard Moustik et toute l'équipe de Groland, ou encore Yann Barthès et Louise Bourgouin plus récemment, j'en passe et des meilleures, c'est déjà un beau palmarès. Pas mal d'entre eux sont aujourd'hui des personnages très importants du PAF, de la scène ou encore du cinéma français. Alors quand C+ lance une nouvelle mini-série, on se tait et on écoute. Et la série a intérêt a assurer, parce qu'un CV de 30 ans comme ça, ça se respecte et la rature est interdite en bas de page.

Donc.

Cette série d'épisodes très courts surprend moins par son format que par le rythme imposé au spectateur. En effet, les plans ne durent que rarement plus de deux secondes, avec une narration très nerveuse, et un fil d'information continu qui ne donne que peu de répit, à part sur ce fameux“bref“, qui sert un peu de ligne de départ à l'épisode, avant la course effrénée. Le meilleur exemple de cette course contre-la-montre est pour moi un épisode très récent („Bref. J'aime bien cette photo.“). Mais bon, si Bref. a du succès, c'est avant tout par le fait que beaucoup d'hommes peuvent se retrouver, à un moment ou à un autre, dans le personnage principal, un peu looser, qui n'a pas vraiment de pouvoir décisionel, et qui se retrouve acteur de sa propre vie un peu par hasard.

Ok Kyan !

Mais, comme je l'avais expliqué, la plupart des gars lancés par C+ sont talentueux. Et malgré le fait que la Bref me plaise dès le premier épisode, j'avoue avoir eu quelques doutes. Cet acteur, là, j'voyais pas trop ce qu'il avait de plus, mis à part le buzz créé par sa série. Et puis, j'ai commencé à découvrir un mec qui avait déjà un petit passé. Et surtout, il est loin d'être mauvais : jetez un oeil au Festival de Kyan, ou encore à ce sketch dans lequel il ne pipe pas mot, mais démontre toute l'étendue de son niveau artistique grâce à son violon. S'il me rappelle un peu un mec qui s'est fait connaître par le buzz, à savoir Norman, qui a tendance à perdre en qualité, j'ai envie de croire que même s'il est parti moins haut, Kyan saura renouveler ses modèles plus fréquemment. C'est d'autant plus nécéssaire que son show est beaucoup plus récurrent que celui de Norman ou de ses potes Hugo, Cyprien.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Repérages, l'émission du 05/11/11 - Bruno "Navo" Muschio et Kyan Khojandi
comments powered by Disqus