Liens relatifs et sources

JB

La Horde de Contrevent

"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"

Depuis la fin du vingtième siècle, la science-fiction (SF) fait partie intégrante de notre univers culturel. Aidés par la réalisation de sagas sur petit comme sur grand écran (Star Wars, Alien, Stargate, Star Trek, etc.) et par des auteurs anthologiques (Isaac Asimov, Ray Bradbury, Philip K. Dick, pour ne citer qu’eux), les romans de SF ont peu à peu envahi nos librairies. Aisément reconnaissables grâce à leur couleur gris/rose caractéristique, ils sont en majeure partie d'origine américaine, et dérivent sous toutes leurs facettes les relations entre êtres humains et extra-terrestres, la conquête de nouvelles planètes ou les combats spatiaux. Même si quelques français ont, par le passé, brillé par leur talent (Pierre Boulle, René Barjavel, ou encore Jules Verne), il est rare de trouver de la littérature française parmi la SF contemporaine. Cependant, j'ai récemment été amené à modifier mon jugement, grâce à un livre novateur, qui selon moi amorce un tournant de ce genre littéraire si particulier.

Et c'est à Alain Damasio, lyonnais de 42 ans, que je dois ce revirement. Avec seulement deux romans à son actif, il est probable que ce nom ne vous soit pas familier. Cela fait peut-être partie de son talent. Pour lui, pas d'épopée interstellaire en 15 romans de 500 pages chacun. Par exigence, il écrit peu. Mais bien ! La Horde du Contrevent est son deuxième roman, et celui qui a fait le plus parler de lui. Il raconte l'histoire de 23 personnages, réunis en un tout consistant et inséparable (une Horde), lancés sur une terre fictive dans une mission des plus singulières : trouver l'origine du vent. Ensemble depuis l'enfance, ils traversent des environnements désolés et battus par ce vent omniprésent qui scultpte leur quotidien, à la recherche d'un Extrême-Amont utopique, dans lequel ils espèrent trouver LA réponse ultime. Comprendre le vent, mais également les tenants et aboutissants de leur quête et de leur existence. Ils sont donc Traceur, Aéromaître, Ailier, Troubadour, Braconnier du ciel, ... (chaque hordier ayant sa spécialité), 23 compagnons contrant les « slaminos », « crivetz » et autres « furvents », remontant leurs flux et leurs multiples dangers.

Au-delà de l'originalité du thème, c'est par sa qualité stylistique unique que ce roman se dépeint du paysage de la SF "classique". Les chapitres sont faits de l'enchaînement de récits de voyage, chacun raconté par un hordier différent, identifié en tête de paragraphe par un symbole spécifique. Damasio manie la plume avec brio, joue et rejoue sur les mots, et prouve que la littérature française n'a rien perdu de sa superbe. L'invention d'un vocabulaire particulier, et l'utilisation d'une grammaire et d'un langage différent pour chaque hordier ajoute à l'immersion obtenue par des descriptions minutieuses des paysages traversés. Quête du savoir et quête de soi, le roman décrit aussi une lutte, non seulement contre les éléments, mais aussi contre soi-même. Lors de ce périple, les hordiers éprouveront leurs limites, les affronteront, et se surpasseront pour les repousser encore et encore. Mais jusqu'où leur permettront-elles de contrer ? Pourront-ils renoncer aux autres ou à eux-mêmes, à leurs croyances et à leurs principes pour gagner l'Extrême-Amont, et dénicher ce qui s’y cache ? Vous ne le saurez qu'en lisant ce livre, très justement récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire 2006.

comments powered by Disqus