Fanny, Paru le 05/05/13

L’invitation, une BD mi-figue mi-raisin

A la lecture de L’invitation, j’aurais pu lancer un nonchalant J’ai accepté par erreur ton invitation mais le livre de Jim et Mermoux ne peut se résumer à ça.

Couverture de la BD

L’invitation se lit d’une traite. J’ai d’ailleurs pris du plaisir à lire cette histoire dont l’idée de base est plutôt originale : se retrouver au bord de la route en pleine nuit, sa voiture en panne, et décider de recourir à la méthode J-appelle-un-ami. Synopsis d’autant plus percutant quand on sait que l’auteur du livre a eu envie de l’écrire après avoir vécu cette même situation. Ce qui lui a permis de découvrir avec surprise les différentes réactions de son entourage.

Drôle d’idée

Mais là où repose l’originalité de tout ce scénario réside dans le fait de simuler cette panne de voiture aux alentours de deux heures du matin – attention, ceci peut avoir des apparences de spoiler, mais je ne pouvais pas parler de ce livre sans en aborder ce sujet – dans le seul et unique objectif de tester l’amitié de ses proches. Ce qui du coup peut paraître tout aussi discutable que la réaction des copains et copines en questions. Drôle d’idée de départ car peut-on baser une amitié sur ce seul fait en réalité ?

Pas réellement séduite par le trait, certes bien dessiné, mais trop froid à mon goût et difficile de ne pas penser avec nostalgie aux Petites Eclipses de Jim, dessiné par Fane, que j’avais littéralement dévoré… Ceci dit, les personnages ressemblent bien à leur tempérament. Je me suis laissée prendre dans l’histoire, mais j’ai malgré tout été fortement dérangée par la relation amicale qu’entretiennent les deux protagonistes – Léo et Raphaël – bien trop enfermée à mon goût dans un rapport de force permanent. Ce qui en devient désagréable. Si ce livre ne m’a pas fait sauté au plafond, il a au moins le mérite de ne m’a pas l’avoir laissé de marbre et reste vraiment original, loin d’une histoire de happy-end-cucul-la-praline…

comments powered by Disqus