Liens relatifs et sources

Fanny, Paru le 27/08/13

Le Petit Prince déguisé en Bande Dessinée

Joann Sfar revisite l’œuvre culte de Saint-Exupéry. S’il en conserve sa tonalité originelle, il prend des libertés qui ne sont pas pour nous déplaire, entre poésie et notes d’humour…

Couverture de la BD

Au risque de choquer certains puristes qui en font leur madeleine de Proust, j’ai davantage été marquée – petite – par Le môme en conserve de Christine Nöstlinger que par le très célèbre Petit Prince. Il faut l’avouer, je n’en avais d’ailleurs que de vagues souvenirs avant de plonger dans la lecture de ce Petit Prince-ci

Les serpents boas, la rose

Très vite, tout m’est revenu à la surface. Les serpents boas, la rose - qui prend ici des allures de femme - les différentes rencontres, de planète en planète. Et à la lecture de cette version modernisée, avec un regard adulte, on en savoure peut-être davantage toute l’ampleur métaphorique du bien connu récit de Saint-Exupéry. On en apprécie pleinement la poésie.

La joue remplie, l'œil en amande

La joue plus remplie, l’œil en amande, le fameux petit blondinet perché sur sa planète est tout aussi attachant. Le trait de Joann Sfar – connu pour son Chat du Rabbin et par ailleurs auteur de délicieuses chroniques radiophoniques dessinées sur France Inter – apporte une réelle plus-value au Petit Prince. Ses traits sont fins et fouillés. Côté couleur, on peut saluer le travail de la coloriste Brigitte Findakly qui en fait quelque chose de très vivant. Bref le Petit Prince de Joann Sfar, j'ai adoré ! Ce qui me donne envie - pour tout vous dire - de me replonger dans celui de Saint-Exupéry.

comments powered by Disqus