Liens relatifs et sources

Jb, Paru le 25/11/12

Hitman Absolution

Hitman Absolution (Square Enix) marque le retour tant attendu sur console de l’assassin le plus célèbre du monde du jeu vidéo : l’Agent 47. 5actuculture l’a testé pour vous, dans sa version PS3.

Jaquette du jeu

A l’heure où les jeux vidéo dans leur ensemble se veulent toujours plus accessibles et nous offrent des histoires toujours plus courtes et des challenges toujours plus abordables, on pouvait se demander comment Hitman, une franchise réputée pour sa difficulté, allait négocier le tournant. Les amateurs d’infiltration espéraient que 47 n’allait pas suivre la même voie que Sam Fisher dans le dernier Splinter Cell Conviction, et troquer son silencieux pour un fusil à canon scié.

Image du jeu

Le scénario s’articule autour de la relation entre 47 et son contact au sein de l’Agence (une femme nommée Diana Burnwood) récemment accusée de trahison. La mission / prologue du jeu nous envoie liquider Diana après une phase d’infiltration dans le manoir ultra-protégé où elle vit recluse avec sa fille. Plutôt linéaire et guidée dans son déroulement, elle vous permettra de prendre en main les commandes du jeu et d’explorer les possibilités qui s’offriront à vous par la suite (armes, déguisements, modes de déplacement, gestion des cadavres, etc.). Après cette mise en jambe à l’allure de tutoriel, les choses sérieuses commencent réellement. Première mission véritable, et changement radical dans la façon d’aborder les choses. Vous êtes lâché en plein marché de Chinatown, parmi la foule, en plein milieu de laquelle se trouve votre nouvelle cible. C’est alors à vous d’observer ses mouvements et de choisir votre stratégie d’élimination. Il en existe sans doute une trentaine, que je vous laisse le soin de découvrir. J’ai personnellement attendu que le gars aille faire ses besoins dans une impasse isolée pour lui fracasser le crâne à coup de brique. Mais vous pourrez opter plutôt pour l’empoissonnement, l’exécution au sniper, la chute « accidentelle », ou bien d’autres encore. Vous êtes véritablement libre.

Image du jeu

Plusieurs niveaux de difficulté existent, et les puristes prendront vraiment leur pied en sélectionnant le plus difficile d’entre eux. Mais les casual-gamers, où ceux qui découvrent la série pour la première fois, ne seront pas perdus en se mettant en facile ou normal. Le jeu est donc abordable par quasiment tout le monde, mais reste fidèle aux codes et à la réputation de la franchise. Pour les plus paresseux d’entre vous, où ceux qui ne veulent pas passer trop de temps sur le jeu, vous pourrez toujours faire appel à l’instinct surnaturel de l’agent 47 (absent du mode le plus difficile), pour repérer ennemis et objectifs principaux. Du fait de la liberté qui vous est offerte durant toutes les missions, la rejouabilité est extrêmement importante, et peut vous permettre de passer plusieurs dizaines d’heures devant votre écran.

Image du jeu

La réalisation est soignée, les graphismes et les décors sont de toute beauté et l’IA est gérée admirablement. La foule est notamment représentée de manière remarquable, chaque individu se comportant de manière différente et vaquant à ses occupations. Les musiques et doublages sont de bonne facture, certains des dialogues pouvant même s’avérer utile dans votre progression, puisque vous fournissant parfois des informations essentielles.

Image du jeu

En conclusion, même si ce nouveau Hitman a été légèrement redéfini afin d’élargir son éventail de gamers potentiels, il reste un jeu assez exigeant et qui offrira une bonne alternative à Splinter Cell (en attendant le prochain Blacklist) en terme de jeu d’infiltration.

comments powered by Disqus