Liens relatifs et sources

Guillaume, le 11/04/2012

Le marché de l’occasion et les supports dématérialisés dans les jeux vidéo

Vous l’aurez sans doute remarqué deux grandes tendances sont actuellement en marche dans le monde du jeu vidéo. La première est la croissance du support dématérialisé. Le dématérialisé correspond au fait que le jeux est téléchargé ou présent sur le cloud ; et non plus sur une galette ou une cartouche dans une jolie boite avec une notice à prendre la poussière sur une étagère. Ce ne sont plus forcément que des titres « arcade », mais des jeux complets. Je vous redirige vers la Playstation Vita récemment sortie pour plus de détails. La seconde est l’insertion dans les jeux vidéo de ce que l’on pourrait qualifier d’une double licence (pour le moment). Je m’explique vous achetez un jeu d’occasion et vous pouvez jouer au solo, mais pour le multi-joueurs, que nenni ! Sortez votre carte de crédit pour (r)acheter le droit de jouer en ligne.

Quid de la valeur d’échange à l’achat ?

Des rumeurs assez persistantes font état d’une nouvelle Xbox sans lecteur optique ou de carte mémoire avec l’obligation d’être connecté à internet pour pouvoir jouer. Impossible donc d’emmener son jeu chez un ami, de le prêter ou jouer hors ligne. Cette tendance est en train de grandir. Comme je l’ai dit dans l’introduction vous pouvez également télécharger des titres AAA dès la sortie du jeu sur Vita. Même si le jeu a une valeur quelque peu inférieure à l’achat, vous ne pouvez pas le revendre. Les éditeurs ont donc réussi à capter la dernière étape de valeur ajoutée du jeu. Mais une question reste en suspend. Le joueur en achetant son soft avait une possibilité de le revendre. Cette valeur de revente ou d’échange est peut-être plus ou moins inconsciente dans l’esprit de l’acheteur. Mais avec le dématérialisé, elle ne sera plus inconsciente. Elle ne sera plus.

Acheter un jeu d’occasion + une licence d’utilisation = un modèle viable ?

Joueurs occasionnels ou réguliers, il vous est peut-être (même surement ?) arrivé d’échanger, de revendre ou d’acheter des jeux ayant déjà eu une première vie. Sur des softs à plus ou moins 70€ neuf, ça se comprend ! Là où le bas blesse, c’est que les éditeurs ont inséré des codes uniques pour chaque joueur. Lors de l’achat d’occasion vous êtes bon pour repayer le jeu et la licence pour l’utiliser. Là aussi, on peut se poser la question de la valeur du jeux à l’achat. L’intérêt pour le marché de l’occasion s’en trouve nul pour ces jeux. Autant se tourner vers le neuf directement. Et du coup payer plein pot !

That’s the way the second-hand market ends ?

Dans ces cas de figure grandissant, on ne peut que penser que les revendeurs indépendants, mais pas seulement les micromania et games (qui n’est pas en grande en forme en ce moment), vont mettre la clé sous la porte. L’utilisateur, vous, perdra quand même des possibilités de connaître des nouveaux titres. Ces revendeurs seront peut-être moins enclins à vendre le hardware, s’ils n’ont plus de software à vendre ensuite (l’échec de la PSP Go en est le symbole). Les éditeurs doivent y faire attention.

Mais à vrai dire, du point de vue juridique et des éditeurs, nous ne sommes pas propriétaires des jeux ! Nous n’achetons pas un bien, mais une prestation de service, le logiciel. Le marché de l’occasion ne devrait donc pas exister.

Quelle est la vraie valeur intrinsèque d’un jeu ?

Maintenant que vous êtes un peu plus éclairé(s) sur le sujet. Je vais vous poser quelques questions. Vous avez donc acheté une licence d’utilisation, la mise à jour arrive, et vous ne voulez pas la faire. Le logiciel inexploitable vous a-t-il coûté un peu trop cher?
Vous n’avez pas internet et vous ne pouvez pas activer votre jeu. Quid de la valeur à l’achat ?
Terminer votre jeu (qui vous a coûté 70€) vous a pris 7 heures. 10€ de l’heure ça vous paraît normal ?
Les serveurs multijoueurs sont fermés par l’éditeur. Vous perdez donc une partie de l’utilisation de votre licence. Pour autant le prix du jeu est le même. Cela est-il justifié ?
Vous pouvez acheter un DLC (download content) le jour de la sortie du jeu. Avez-vous l’impression que ce DLC n’est pas un ajout mais une partie retirée du jeu que vous venez d’acheter ?

Je ne veux pas faire avec cet article un brûlot contre le dématérialisé. Je pense que c’est l’avenir du jeu vidéo. Néanmoins les joueurs, même si la plupart ne s’en rend pas compte, n’achètent plus du tout le même type de service. Le prix par contre est toujours élevé, mais est-il justifié ? Je ne sais pas. À vous de regarder ce que vous avez dans l’assiette, mais n’oubliez pas les cinq fruits et légumes par jour.

comments powered by Disqus