Liens relatifs et sources

JB, Paru le 11/02/14

True Detective – Découverte du nouveau projet HBO

Affiche promotionnelle de la série

En attendant le printemps et le prochain acte du jeu des trônes, la chaîne privée américaine Home Box Office (HBO) nous exhibe son dernier bébé, un drame policier mettant en scène deux « True Detectives ».

Rust Cohle (Matthew McConaughey) allume une cigarette et inspire longuement. Tandis que la fumée pénètre ses poumons il pose la canette vide, la troisième déjà, et sans attendre, il en ouvre une autre. Depuis deux heures qu’il est assis derrière ce bureau, à raconter son histoire à deux flics à peine sortis de l’académie, il lui fallait bien ça. Et si les discussions ne se finissent pas bientôt, le pack de six pourrait ne pas suffire. Foutue histoire, il est vrai. Du genre bien glauque qui vous empêche de dormir pendant plusieurs semaines. Du genre de celles qui ne peuvent être racontée sans cette bonne vieille Lone Star et un paquet de clopes, pour tenir bon et ne pas flancher en cours de route. Quinze ans… déjà quinze ans pourtant, depuis que lui et son collègue Martin Hart (Woody Harrelson) sont tombés sur le corps de cette fille, et cette mise en scène macabre près d’un champ de blé de Louisianne. Comment s’appelait-elle déjà ? Lang… Lange… Dora Lange, c’est ça. Dora Kelly Lange, ex-prostituée, retrouvée morte agenouillée devant un arbre, comme à la prière sauf que complètement nue, yeux bandés et mains liées, une « couronne » ornée de bois de cerf sur la tête. Le résultat d’un rituel vaudou ou quelque chose comme ça, orchestré par un psychopathe dégénéré. Pas son premier coup, probablement. Sûrement pas son dernier non plus…

Voici typiquement le genre de scènes auxquelles vous aurez droit dans True Detective. Une fois le décor planté démarre alors une série d’événements éprouvants qui nous mèneront à travers l’état de Louisianne, ses plantations de canne à sucre et ses bayous marécageux. Alternance de flashbacks et de scènes narratives telles que celle (inventée de toute pièce) ci-dessus, les huit épisodes qui nous attendent dans cette première saison vont nous faire vivre l’enquête sur l’assassinat de Dora Lange et les événements qui s’ensuivirent, par les inspecteurs Rust Cohle et Martin Hart. Bien plus qu’un simple ersatz de série policière tel qu’on nous en crache par dizaines des temps qui courent, on se dirige a priori plutôt vers un véritable drame à l’ambiance lourde et sombre qui dépeint parfaitement les faiblesses humaines, quelles qu’elles soient. Adieu les stéréotypes des Experts, NCIS ou autres NY unité spéciale, True Detective ne fait pas dans l’enquête sur-vitaminée résolue à coup d’interrogatoires musclés, d’analyses ADN et de brainstormings géants impliquant une bonne dizaine de « flics » toujours bien coiffés. En Louisiane on fait plutôt dans le sobre et le réaliste, on met plus de 24h à trouver le coupable, on avance lentement, une piste menant difficilement à une autre, indice après indice. Pour vous donner une idée, on se rapproche plus de l’ambiance et du style de films comme Gone Baby Gone ou bien Dans la brume électrique.

Image de la série

On s’intéresse aussi beaucoup à la psychologie des deux inspecteurs, leurs « petits » défauts et comment ils influencent l’enquête. On sent également au fil de l’enquête une compétition naissante entre les deux hommes, sur tous les plans, qui pourrait bien aussi avoir un rôle à jouer par la suite. Bref, on suit la vie d’hommes ordinaires, auxquels on s’attache et on s’identifie, mais qui vont devoir faire face à l’enquête la plus terrifiante et la plus sordide de leur vie. Celle qui va complètement les engloutir et submerger leur quotidien, les dépasser et les pousser dans leurs retranchements les moins enviables. Celle aussi qui va changer leur vie.

Image promotionnelle de la série

Niveau casting, Harrelson et McConaughey forment un duo inédit à l’écran, mais qui au vu des quatre premiers épisodes semble carrément bien marcher ! Plutôt habitués aux plateaux de cinéma, les deux vieux amis s’entendent à merveille dans cette série qui fonctionne un peu grâce à eux. N’oublions quand même pas Michelle Monaghan qui apporte sa petite touche de féminité. Elle est bienvenue, dans ce monde de brutes.

Amateurs de films d’ambiance ou de la culture américaine en général, n’hésitez pas un seul instant. Mais ayez le cœur bien accroché... car c’est de la vraie vie dont on parle ici, celle qui est durement fataliste et qui amène avec elle son lot d’atrocités.

comments powered by Disqus