JB, le 09/10/2011

La renaissance de Batman

Le héros de mon enfance a sans aucun doute été Batman. Le rituel du dimanche matin de mes tendres années se composait, après le petit déjeuner, des épisodes hebdomadaires de Batman : La série animée (Batman T.A.S. pour les aficionados d'outre-Atlantique). Avec ce générique mythique, cette musique inoubliable et ces « méchants » au charisme incomparable, il a été l'un des dessins animés qui a marqué mon enfance. Aucun des films réalisés durant ces mêmes années 90 ne m'a réellement touché, soit à cause d'une production trop plate et une mise en scène dérisoire de la chauve-souris (notamment Batman & Robin, 1997, par Joel Schumacher), soit du fait de mon trop jeune âge (Batman et Batman: le défi, 1989 et 1992, tous deux réalisés par Tim Burton). Le premier film de Batman que j'ai été à même d'apprécier pleinement, et dans toutes ses largeurs, a donc été le premier opus de la saga de Christopher Nolan : Batman Begins (2005). Au sens propre (le dernier film Batman & Robin datant de 1997) comme au figuré, ce fut une vraie renaissance.

Le style de Nolan, plutôt sombre et torturé, s'applique parfaitement au super héros (sans super pouvoirs, mais avec des super gadgets) qu'est Batman. Ce premier film nous montre comment et pourquoi Bruce Wayne est devenu l'homme-chauve-souris. Le début du film, qui nous raconte l'enfance de Bruce, pose les bases d'un film sombre et réfléchi, dans les méandres de Gotham City et de son asile d'aliénés d'Arkham. Pour l'occasion, les deux méchants mis en scène sont parmi les plus célèbres : Ra's Al Ghul et L'épouvantail. Mais ils ne sont rien en comparaison des deux qui nous sont proposés dans The Dark Knight. Le deuxième film de Nolan met en effet en scène le Joker (incarné par Heath Ledger) et Harvey Dent (alias Double-Face, personnifié par Aaron Eckhart). Au même titre que Batman Begins, ce film a été reconnu par la communauté cinématographique comme un pur chef d'oeuvre. À raison jugé par certains comme centré sur le Joker, reléguant quelque peu Batman au rang de personnage secondaire, il est surtout brillamment interprété par des acteurs charismatiques. Christian Bale donne vie à Bruce Wayne de manière très convaincante, mais Morgan Freeman (Lucius Fox), Michael Caine (Alfred) et Gary Oldman (Jim Gordon) ne sont pas en reste. Concernant les vilains, le talent d'Aaron Eckhart (Double-Face) reste malheureusement dans l'ombre de celui, incontestable pour le coup, d'Heath Ledger, qui interprète merveilleusement le pire ennemi de Batman. L'illusion est parfaite, et les récompenses pleuvent (Par exemple, Oscar 2009 et Golden Globe 2009 du meilleur second rôle). À l'approche de la sortie du troisième et dernier opus de la saga Nolan, plusieurs questions se posent : comment le réalisateur va-t-il pouvoir égaler ses précédentes prestations ? Quel méchant aura la lourde tâche de faire oublier le Joker ? Ce film n'est-il pas celui de trop ?

Le premier trailer a été publié cet été, et semble assez prometteur. Même si très peu d'images ont été dévoilées, on y voit quand même le commissaire Gordon en très mauvaise posture, ainsi que les traits du nouveau méchant. Il s'agira de Bane. Cobaye d'une expérience militaire, on lui a injecté dès son plus jeune âge un venin qui décuple sa force physique. Également doué d'une intelligence supérieure, il est dans le comic book de DC Comics l'un des pires ennemis de l'homme-chauve-souris. Un poids lourd donc, qui sera peut-être à même de détrôner le Joker, et de s'installer en « super-méchant » ultime dans ce dernier film. Côté casting, Tom Hardy endossera le rôle du colosse. Il connaît bien Christopher Nolan, pour qui il a déjà tourné, notamment dans Inception (il y incarne Eames le faussaire). Pour info, Bane a déjà été porté à l'écran, dans le décevant Batman & Robin de Joel Schumacher. Il y était représenté comme une brute sans cervelle, un balourd aux ordres de Poison Ivy. J'espère ne pas me tromper en vous disant qu'il n'en sera rien dans The Dark Knight Rises.

Batman est charismatique, certes, mais ses ennemis le sont tout autant. Et je ne peux que saliver en pensant à la façon dont Nolan aurait géré le Pingouin, Poison Ivy ou encore Killer-Croc. Certains réalisateurs préfèrent ne pas trop s'étendre sur une franchise donnée, de peur de s'égarer ou de devenir répétitif. Et au vu de certaines suites de suites de suites (…) réalisées ces dernières années (Pirates des Caraïbes, James Bond, Saw, Iron Man, etc.), on ne peut que leur donner raison. Nolan avait clairement énoncé la couleur après The Dark Knight : son prochain Batman serait son dernier. Mes souhaits de revoir à l'écran certains personnages cultes ne seront donc sans doute pas réalisés, et seule Catwoman, dans la peau de laquelle se glissera Anne Hataway, sera au rendez-vous dans The Dark Knight Rises. Toutefois, je ne désespère pas : dans le comic book original, Bane détruit l'asile d'Arkham, libérant ses pensionnaires dans tout Gotham. Alors, pourquoi pas ? Rendez-vous le 25 Juillet 2012 !

comments powered by Disqus