Liens relatifs et sources

Martin & Jb, Paru le 22/08/12

Expendables 2 : Unité spéciale

Quand les plus stéréotypés des acteurs hollywoodiens se réunissent dans un film d’action, cela fait nécessairement un cocktail totalement explosif.
Une partie de la rédac’ s’est laissée tenter par le nouvel épisode des Expendables, de retour après seulement deux ans d’absence. Il faut croire que ça les démangeait, nous aussi.

affiche du film

Il faut bien l’avouer, ce film pourrait être un grand navet sans cette panoplie époustouflante d’acteurs, véritables spécialistes du genre.
Stallone, Statham, Jet Li, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis, Schwarzenegger pour ne citer qu’eux, portent le film à bout de bras et sans l’ombre d’une difficulté.

Image du film

L’absence (quasi) totale de scénario est largement compensée par des scènes d’actions survoltées, une dose d’humour et d’autodérision présente tout au long du film.
Le scénario est effectivement proche du degré zéro : des mercenaires prêt à en découdre avec des terroristes, le tout sur un fond post guerre froide. Du déjà vu mais finalement, on en redemande.

L’atout du film n’est clairement pas dans le scénario mais bien dans l’autodérision et le côté « clichés assumés ». Les répliques totalement décalées, qui deviendront certainement cultes, et les clins d’œil aux carrières respectives de ces acteurs (Terminator, Die Hard, etc.) aboutissent à un excellent divertissement. On a un peu l’impression d’assister à un film d’adieu ; comme si ces acteurs bourrins, pionniers du film d’action tel qu’on le connaît aujourd’hui, avaient décidé de tirer leur révérence en offrant au monde un dernier gros délire totalement absurde mais qui symbolise bien leurs carrières.
Désopilant, jubilatoire, jouissif, trois qualificatifs qui pourraient en amener d’autres.

Il est parfois bon de ne pas avoir à réfléchir pendant un film et de se laisser séduire par un scénario sur la relation tendue et très conflictuelle entre les gentils et les « vilains ».

comments powered by Disqus