JB, le 21/01/2012

Essential Killing

Pourquoi un article portant sur un film sorti il y a déjà presqu'un an, me direz-vous ? Simple ! Grâce au festival du film Télérama, on peut voir ou revoir les meilleurs films sortis pendant l'année, et ceci pour seulement 3€ (plus le prix du pass contenu dans le numéro hebdomadaire) ! C'était donc l'occasion pour moi d'aller voir ce film que j'avais manqué en Avril dernier.

L'histoire est simple, et somme toute, assez banale : Mohammed (Vincent Gallo) s'échappe d'un camp de détention américain en Afghanistan et fuit à travers la forêt enneigée. Le film raconte sa bataille quotidienne pour survivre et conserver sa liberté. A priori, on se dit que ce genre de film, on a déjà vu. Mais Essential Killing se démarque du genre, et ce pour plusieurs raisons.

Citons par exemple la mise en scène. Outre les paysages splendides, les prises de vue impeccables (alternant entre des scènes à la première personne,à la limite de la caméra amateur, et des plans larges en plongée sur des lacs gelés et des connifères enneigés) et les musiques captivantes, le jeu d'acteur Gallo est remarquable. Pas facile, quand les textes du personnage se résument à … rien ! Pas un seul dialogue, pas une seule parole, les seuls sons qui sortent de sa bouche sont des cris de douleurs, essouflés, ou des grondements rauques, limites bestiaux. Et ceci dans le seul but (et c'est là l'objectif principal du film) de montrer à quel point l'homme est proche de l'animal, lorsqu'il est seul et acculé. Essential Killng met donc en scène une descente, une régression évolutive de l'être humain, et met en lumière la perte de ses facultés premières.

Ne vous y trompez donc pas. Il ne s'agit pas ici d'un film de guerre où les G.I. sur-entraînés et sur-équipés veulent tuer les méchants terroristes, ni d'un film dénonçant l'impérialisme américain déraisonné (même si la bande-annonce peut laisser penser le contraire), encore moins d'une chevauchée épique (façon Les Insurgés), avec tous les clichés du genre. Essential Killing est froid, cru, réaliste. Et c'est grâce à ça qu'il séduit.

comments powered by Disqus