Liens relatifs et sources

Martin, Paru le 17/03/13

Cloud Atlas

Les frangin(e)s Wachowski, bien connus pour avoir signé la trilogie Matrix, signent enfin un retour digne de ce nom. Soutenus par un troisième réalisateur, Tom Tykwer, ce trio créé une œuvre ambitieuse et peu conventionnelle.

Affiche du film

Adapté du roman de David Mitchell, Cloud Atlas est une immense épopée traversant les époques et dans laquelle les personnages s’entremêlent pour accomplir de grandes choses. De 1849 à l’an 2321, le spectateur est témoin de la chute du monde liée directement aux ambitions d’une poigne d’hommes et à leur soif de pouvoir.

Visuellement magnifique, le film transcrit parfaitement chacune des époques jusqu’à créer un univers futuriste totalement bluffant. Difficile de ne pas s’émerveiller devant un tel esthétisme et une telle originalité. Il serait d’ailleurs compliqué de nommer un film réussissant à recréer un univers aussi abouti, d’autant plus lorsqu’on apprend que les réalisateurs se sont partagés les époques pour gagner du temps tout en réussissant à garder un ensemble aussi unique.

Image du film

Cette qualité visuelle ne se limite pas essentiellement à l’aspect décor mais touche également des acteurs à multiples facettes. L’une des particularités du film est en effet d’utiliser un même acteur pour jouer une multitude de rôles, jusqu’à six, aux différentes époques. Le résultat peut sembler troublant voire perturbant mais la performance est énorme. Pour réussir un tel rendu, il a fallu mettre le paquet sur le maquillage et c’est sans doute l’un des grands points forts du film. Certains acteurs deviennent ainsi totalement méconnaissables : Tom Hanks, Hugh Grant ou encore Hugo Weaving réussissent ainsi un travail d’acteur remarquable. Le casting ne s’arrête pas là puisque Halle Berry, Jim Broadbent (Gangs of New-York, Harry Potter, la dame de fer) ou encore Susan Sarandon, pour ne citer qu’eux, complètent l’affiche.

Image du film

A travers ce film de pure science fiction, Cloud Atlas amène à se poser des questions sur la vie, l’amour, l’importance des actes et leurs conséquences (l’effet papillon), la résurrection ou encore la rédemption. Si on peut regretter le côté moralisateur et écolo qui tourne autour du film, on reste très loin d’un scénario type Avatar.
Sans en révéler plus sur le scénario, on admet que la complexité de ce dernier pourra en rebuter certains mais il semble difficile de rester insensible au film. Peut être pas un chef d’œuvre, mais on s’en approche.

comments powered by Disqus